À une époque où la sensibilisation écologique commence à faire son chemin, il devient de plus en plus important, pour tous les citoyens, de saisir l’impact énergétique et le blian GES des appareils électroménagers, tout comme celui de sa maison, de son appartement, même en location. La classe énergie permet justement d’émettre une comparaison de la consommation des différents appareils électroménagers utilisés dans la vie quotidienne pour les besoins domestiques : le frigo, le four, le lave-vaisselle, le lave-linge. Cette classification permet de ranger chacun des appareils dans une catégorie donnée, et ainsi de savoir s’il est plutôt gourmand en énergie ou au contraire s’il consomme peu. Ce système d’étiquette homogénéisé permet à tous les consommateurs de situer l’empreinte écologique de leur appareil… Encore faut-il savoir les lire ! Dans cet article, nous vous expliquons tout sur le label énergie concernant les appareils électroménagers.

classe énergie des appareils électroménagers , classe énergétique

Un système de notification haut en couleur

L’étiquette de classe énergie a été uniformisée et est repérable d’un simple coup d’oeil. Tous les appareils électroménagers possèdent cette étiquette composée de plusieurs bandes de couleurs allant du rouge (les « mauvais » élèves de l’électroménager) au vert (…donc les « bons » élèves). Pratique, cette simple étiquette donne de nombreuses informations aux consommateurs, avec en premier lieu une indication de l’efficacité énergétique du produit acheté. Une classe énergie vierge est une information non renseignée.

Un système de notification uniformisé pour aider les consommateurs

La classe énergie, son prix et son étiquette qui en découlent sont désormais obligatoires sur la quasi-totalité des appareils qui habitent nos logements, du réfrigérateur à l’ampoule en passant par la hotte ! Ils ne sont pas les seuls, puisque les biens immobiliers et les véhicules sont aussi soumis à cette notation, toujours pour alerter ou conforter les particuliers dans leurs achats. Ce système de notation s’étend de G (note la plus basse, pour les appareils qui consomment beaucoup) à A+++ (note la plus haute, pour les appareils économes en énergie). Dans l’ordre on a la meilleure note, la classe A, suivie par la classe énergie B, la classe C, la classe D, la classe E, puis la classe F et G.

Un système de notation qui prend en compte les spécificités de chaque appareil

La classe énergie permet donc de catégoriser les appareils en fonction de leurs performances énergétiques. Cependant, il faut savoir que les critères de notation diffèrent d’un appareil à l’autre. Par exemple, lors du test d’un nouveau réfrigérateur avant qu’il soit mis sur le marché, l’on prendra en compte sa consommation électrique annuelle ainsi que son volume et la température la plus basse qu’atteint chaque compartiment. Les critères sont différents pour un lave-vaisselle. Seront par exemple examinées avec plus d’attention la puissance et la durée du mode « Arrêt » et du mode « En marche ». Justement, quelles sont les spécificités de chaque appareil électroménager ?

La classe énergie des réfrigérateurs et des congélateurs

Les réfrigérateurs et les congélateurs, aussi appelés appareils de froid, sont des appareils réputés pour être énergivores, parce qu’ils sont en marche de jour comme de nuit, en continu. La recherche a néanmoins fait de beaux progrès au point que, depuis 2013, seuls des réfrigérateurs et les congélateurs à partir de la classe A+ sont produits. En magasin, ne soyez donc pas étonné de ne trouver que des appareils de froid appartenant aux classes A+, A++ et A+++. Un différentiel de 20% sépare chaque catégorie (et donc 40% entre une catégorie A+ et A+++). Évidemment, plus un appareil est volumineux, plus il consommera de l’énergie. Il est même possible qu’un réfrigérateur de 250 litres catégorie A+++ consomme moins qu’un réfrigérateur de 150 litres de la catégorie A+ !

Pour guider au mieux les consommateurs dans leur choix, d’autres informations spécifiques figurent sur l’étiquette des appareils de froid, représentés par des pictogrammes. Il s’agit de la capacité de stockage (exprimé en litres) des compartiments, de la capacité du compartiment de congélation (toujours exprimé en litres), et enfin le niveau de bruit en décibels.

La classe énergie des lave-linges

Les lave-linges enregistrent un différentiel de 10% d’une classe à l’autre. C’est-à-dire qu’à capacités égales, un lave-linge A+++ consomme 10% moins qu’un lave-linge 1++. À l’image des réfrigérateurs, les lave-linges au-dessous de la classe 1+ ont disparu du marché. La classe énergie des lave-linges prend aussi en compte leur consommation d’eau (en litres par an), leur capacité de linge (en kilogrammes), l’efficacité de l’essorage, le niveau de bruit pendant le lavage et pendant l’essorage (en décibels).

La classe énergie des lave-vaisselles

A l’instar du lave-linge, le lave-vaisselle présente une variation de 10% d’une classe énergétique à l’autre. Pour la notation, sont particulièrement important la consommation et le volume d’eau utilisée pour une machine. Cela vient du fait qu’un lave-vaisselle doit faire chauffer un volume conséquent d’eau, donc plus il utilise d’eau, plus il consomme de l’électricité. Aujourd’hui, tous les lave-vaisselles disposent de mode Eco (pour Économique… et donc Écologique !), qu’il est recommandé d’utiliser pour faire baisser la facture d’électricité. Comme pour les appareils électroménagers cités plus haut, les lave-vaisselles disposent d’une étiquette comportant de précieux renseignements pour orienter les consommateurs dans leur choix. En plus de la classe énergie, l’étiquette indique la consommation d’eau (en litres/an), la classe d’efficacité de séchage, propre à ce type d’appareil (de A à G), la capacité en nombre de vaisselle/couverts, le niveau de bruit (en décibels).

La classe énergie des télévisions

A l’origine, les télévisions n’étaient pas concernées par la classe énergie, mais elles disposent de leur propre étiquette depuis 2011. Pour nombre de consommateurs, la télévision est un appareil électrique phare du foyer. Aujourd’hui, les télévisions disposent de nombreuses technologies différentes. Si leur durée d’utilisation va en s’accroissant, elles ont aussi des modes veille de plus en plus performants. La consommation électrique d’une télévision est donc à ne pas négliger. Son étiquette énergétique donne pour cela de nombreux renseignements, pour guider les consommateurs à comparer plusieurs modèles. Est ainsi indiquée la consommation sur une année, basée sur une utilisation de 4 heures par jour (en kilowatts), la puissance absorbée en fonctionnement, (e watt), la présence d’un mode arrêt et d’un mode veille, la diagonale de l’écran en centimètres et en pouces.

Comprendre la classe énergie pour réaliser des économies et améliorer son empreinte écologique

Chaque appareil électroménager qui facilite notre vie quotidienne possède son propre label énergétique. Les critères du label d’un aspirateur, d’une chaudière, d’un four ou d’un congélateur varient puisque leur mode de consommation est différent.

C’est justement l’étiquette colorée qui indique aux consommateurs, pour tous les types d’appareils, la consommation électrique exprimée en kWh/an.

Plus d’informations comme l’explique ce site internet .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *